Le gâteau magique à la noix de coco, un dessert 100% vintage

A venir

Je ne sais pas si c'est parce ce que j'ai atteint la quarataine mais depuis que je suis retombée sur la recette du flan à la noix de coco, à chaque fois que je le fais, je retombe en enfance. Et le pire, c'est que je ne suis pas la seule ! Pas une seule occassion où je sers ce dessert qu'un des convives ne m'en demande la recette. " Tu comprends, cela me rappelle tellement ma maman, ma grand-mère, ma tante, ma concierge... "( au choix cocher la case !). Et oui nostalgie quand tu nous tiens ! Bref le flan coco, c'est comme la DeLorean, un aller-retour pas cher pour un passé apprécié.

 

Pour cette recette, il vous faut :

une boite de lait concentré sucré, celle de 397 grammes

du lait

3 oeufs

125 grammes de coco rapé

et soit du sucre pour faire votre propre caramel, soit une bouteille de caramel liquide tout prêt.

 

On commence par mettre le four à chauffer à 180 degrés, en mettant de l'eau dans le lèchefrite pour y poser le moule d'ici quelques minutes.

 

Enuiste on sépare les blancs des jaunes. Battre les blancs en neige ferme. on s'occupe ensuite des oeufs en y ajoutant le lait concentré. Ensuite on se sert de la boite du lait concentré comme d'un verre mesureur et on y verse le lait. Ensuite il suffit de mélanger la noix de coco rapé à l'appareil obtenu puis d'y incorporer délicatement les blancs d'oeufs montés en neige.

 

prendre un moule carré ou rong et y verser le caramel. Versez ensuite l'appareil et c'est tout !

Cuire 35 minutes au four au bain-marie à 180°.

 

Petite variante exotique :

Il est possible de remplacer le lait par du lait de coco ou, pour les plus accros par du Coco Lopez. Résultat bluffant également !

Tweets de Mamancontact @Mamancontact

Suivez-nous sur Twitter @Mamancontact

Les textes, photos, vidéos et recettes sont la propriété de Victoria et Kareen.

Aucun droit de copie ou de réutilisation de tout ou partie de ce site sans autorisation !

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Photos et textes personnels Kareen Perrin Debock, sauf pages citées